Mon harcèlement scolaire.

15:17

Hello, 

Aujourd'hui, je vous écris un article sur le harcèlement scolaire. Peut-être que je pourrais aider, et peut-être ouvrir les yeux aux harceleurs. Je parlerai de mon expérience, de mes conseils, et de savoir que l'on n'est pas seule.

Mon expérience.

Le harcèlement scolaire, je l'ai subi, oui on le subit, on ne le vit pas, on le subi. Je le subit donc depuis le collège, depuis la sixième, pour quelles raisons ? Elle est simple: mon poids.

Alors, ça a commencé en sixième, je suis arrivée en collège privé, donc, moins de monde, donc, on doit trouver une "bête noire" vers qui se moquer. Et ça été moi. Les "t'es grosse" en classe, les crachats à mes pieds dans la cour, les moqueries dans la cour, les gestes parfois violents dans la cours, oui j'ai subi tout ça. C'est simple cela m'a marqué.

Après j'ai déménagé et donc changer de collège, et là, je suis arrivée dans le public, et mon dieu, on me voyait moins, mais en classe, c'était différent, je me souviens de trois pestes de ma classe, qui s'amusait à se moquer derrière mon dos, et ça me faisait souffrir, entre deux à cause d'une fille de ma classe, j'ai eu des poux, pendant plusieurs mois, et encore des moqueries, encore et encore. Jusqu'au jour, j'ai eu une crise de panique. J'ai du aller à infirmerie, et le CPE est venu, et est allé en classe, et partir de ce moment, ça s'est calmé. Jusqu'au lycée.

Au lycée, classe de 35, personne que je connais, je mangeais souvent seule, et très rarement avec des gens. Quand j'arrivais dans le lycée, on me regardait et on se moquait de moi, pourquoi, je ne sais pas. Peut être pour ça que j'ai arrêter le lycée, pour aller en Mfr ( maison familiale et rurale) pour passer un bac pro services aux personnes, que je n'ai pas finies encore pour du harcèlement.

Je suis quand même sortie avec un BEP, pas si mal quand même. Première année, tout ce passer bien, pas de moqueries, je m'étais même fait des amies, merci l'internat. Mais la deuxième année, on s'est retrouvée dans une classe pratiquement composée que de filles, oui, oui, que de filles, et je vous jure ça n'aide pas. 

Au début, ça aller, et il y a eu le voyage scolaire, dont je ne voulais pas aller mais j'y suis allé quand même parce que c'était un voyage pédagogique et donc d'après eux "obligatoire". Tout a commencé dans le bus pour y aller, soit 24h de bus, et 24h de bateau. Dans le bus, j'ai dû m'installer toute seule, car je m’étais fait mal à mon genou juste avant de partir (oui, oui ils m'ont obligé à partir quand même). Un moment dans le bus, une ancienne copine à moi dit, j'ai faim à une autre fille, et cette fille lui répond "si t'as faim, tu n'as qu'à manger Charlotte, y'a de quoi manger". Evidemment, je n'ai appris ça qu'à la fin, sinon c'était pas drôle. Après au cours du séjour, nous avons dû marcher encore et encore alors que j'avais très mal à mon genou. Et une fois, j'ai fait non je ne peux pas, je n'y arrivée plus, plusieurs fois, on m'a aidé, pas des profs, des élèves, les profs s'en fichait de moi. Et mes copines du voyage qui m'aidé, on entendu pendant que je n'étais pas là, "Charlotte aurait pu venir, elle aurait perdu du poids au moins, ça lui aurait fait du bien". Mes copines redescendent, et ne me dit rien et au repas, les filles en question demandent de l'eau notre table, et mes copines leur répondent, "ah non on ne donne pas de l'eau à vous, vous n'en avez pas besoin, sinon vous allez grossir", et en sortant elles m'expliquent tout. j'étais en colère, je vais voir la fille et lui demande pourquoi elle a dit ça, et elle me répond mais c'est pas vrai je n'ai pas dit ça, pour me dire 10 minutes plus tard, qu'elle a dit ça "pour mon bien". Et évidemment, je suis allé vider mon reste d'argent de poche pour de la,malbouffe.
Quand on est rentré, rien n’était fini, elles ont continué pendant toute l'année à m'insulter, me rabaisser et finalement, j'ai décidé d’arrêter et de déménager chez ma copine, et ça a été la meilleure chose de ma vie.

Mes conseils :

Si tu es victime :

1. Se confier
N'aie pas honte ou peur des représailles ! Ose te confier à un adulte du collège mais aussi à tes parents, à ton grand frère ou à ta grande sœur. Ne laisse jamais la situation s'installer dans le temps.

2. Se protéger
Ne montre jamais que ça te touche car ils ou elles continueront, soit forte et montre leur que t'es meilleur(e)s qu'eux.

3. Signaler un abus
Sur Facebook, tu peux signaler un contenu abusif et “bloquer” les amis qui n'en sont pas.
Les comptes des agresseurs peuvent eux aussi être bloqués. Ce que j'ai fais en déménageant, je les ai toutes supprimés de ma vie

4. Téléphoner
Si tu es victime de harcèlement à l'école, tu peux appeler le numéro gratuit “Stop Harcèlement” au 0808 80 70 10.

5. Porter plainte
Dans les cas les plus graves, il est possible de porter plainte contre l'auteur du harcèlement. C'est à tes parents, qui sont tes représentants légaux, d'effectuer cette démarche.

Si tu es témoin : 

1. Soutenir
Bien souvent, les élèves victimes de harcèlement sont mis à l'écart de la classe. Ne participe pas à cet isolement forcé et n'hésite pas à aller leur parler.

2. Ne pas rire
S'il cesse d'avoir une “majorité silencieuse”, ou pire, un public hilare face à lui, l'agresseur arrêtera sans doute ses brimades. Les témoins ont un grand rôle à jouer contre le harcèlement à l'école.

3. En parler
Adresse-toi à un délégué de classe ou à un adulte du collège si tu es témoin d'un cas de harcèlement. S'il existe des médiateurs, ils peuvent aider à dénouer la situation.

4. Ne pas participer
Si tu reçois un message ou une photo humiliante “à faire tourner”, supprime le message plutôt que de le transférer à tes amis. Tu pourras ainsi briser la chaîne du harcèlement.

5. Convaincre
Si le harceleur fait partie de ton groupe d'amis, essaie de le raisonner et de comprendre pourquoi il agit ainsi. Vouloir faire du mal aux autres est aussi un signe de mal-être.

Pour les parents: 

Je comprends que ça soit difficile à voir, mais faîtes attention à vos enfances, je peux vous jurer qu'on sait très bien le cacher, et faites attention au changement de comportements, il est fermés, il parle pas de l'école, il rentre et va directement dans sa chambre, les notes baissent, il pleure souvent, il veut être seule tout le temps, si il se renferme dans une bulle, faites attention au petite chose qui changent au quotidien, je vous jure que ça peut changer une vie. 


J'ai vécue le harcèlement scolaire, j'en ai souffert et j'en souffre encore parfois, l'adolescence est un âge "con". Cela leur passera, mais il faut de la patience.

Si jamais, vous êtes victime et que vous voulez me contacter, n'hesitez pas, si des parents ont des doutes n'hésitez pas à me contacter aussi



L.P.R ♥

2 commentaires:

  1. Voilà un sujet qui me touche, mais pas du même point de vue que toi. Je suis prof, et je suis très sensible à ce sujet, hyper vigilante, mais je ne suis pas toujours sûre de la meilleure réponse à adopter.
    En tant qu'élève, j'avais déjà réagi face à une situation comme celle-ci (en parler aux adultes), le harcèlement s'était fait plus discret, mais ils continuaient à se moquer de la fille en question (pour d'autres "prétextes" que toi). En tant que prof, je fais ce que je peux à mon échelle, puis je passe le relais au prof principal et aux CPE, mais je ne sais pas s'il y a vraiment une solution miracle. En tous cas, sache que c'est un sujet qui est pris très sérieusement à l'école maintenant, avec des campagnes de sensibilisation et des gens sensibilisés à ce problème. (Après, il y a toujours des abrutis, on est d'accord, ou simplement des gens qui, ne sachant comment réagir, ne réagissent pas, mais ce n'est vraiment pas la majorité je pense.)
    J'espère que tu as pu te reconstruire et reprendre tes études.
    Bon courage!
    Julia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sujet est vraiment très important pour moi, j'ai moi même vécu ça.
      C'est pour ça qu'aujourd'hui, avec d'autres ex-harcelés j'essai d'organiser des groupes de discussions entre les différentes victimes, actuelle ou révolue. Nous sommes persuadés que d'avoir quelqu'un à qui se confier, un soutiens peut améliorer considérablement la vie des harcelés...
      C'est pourquoi je vous invite a faire connaître notre initiative : vous pouvez nous contacter via notre page Facebook : "parler pour se sauver" ou bien par mail "parler.sauver@gmail.com"

      Merci d'avance
      Aglaé

      Supprimer

Fourni par Blogger.