La vie me soule. La vie est nulle.

10:00


Hello,

Désolé de mon absence prolongée, écoutez, j'avais besoin de vacances.

Pourquoi ?


Parce que merde la vie me soule et j'avais besoin de souffler un peu... Un peu, oui bon, 2 semaines, et alors ? J'avais des rendez-vous médicaux, puis j'ai dû passer un examen absolument pas agréable. Oui, je me donne des excuses, je sais, mais quand on n'a pas envie de bloguer, on blogue pas. Je ne vais pas me forcer non plus, hein? 

Alors pourquoi ma vie me soule ? Tout simplement à cause des pressions de la vie, des gens autour de moi, de la pression de la société et je vais surtout parler de celle-là.

La société met une pression aux jeunes qui est juste pas possible. Je travaille oui, mais ce n'est pas non plus le rêve, je finis à des heures improbables et c'est fatigant, mon corps se fatigue, je le sens. Je voudrais un travail avec des horaires fixes, pour pouvoir profite de ma compagne, de ma vie, car pour les anniversaires, les soirées entre amies, je suis toujours la dernière arrivée, et puis je ne travaille pas assez, un peu plus qu'un mi-temps, mais on ne vit pas avec ça. La vie actuellement, c'est la galère, je galère tout le temps. Je n'ai pas honte d'en parler sur le blog, je bosse jusqu’à des fins de soirées, où je rentre, il est déjà plus de 21h, on mange, on dort, je ne profite pas. Alors oui, travailler avec des enfants c'est gratifiant, je le conçois, j’adore faire ça mais les horaires je peux plus, mais je dois garder ce travail pour vivre...

Je voudrais me reconvertir, mais dans la société actuelle si l'on veut se reconvertir, il faut absolument être sûr de son coup. On ne peut pas changer de métier comme de vêtements, ce n'est pas possible. On ne peut pas laisser son emploi comme ça et vous le savez.

On vit dans un studio qui part en miettes, je ne peux plus, mais je n'ai pas le choix, j'aimerai plus grand, pouvoir avoir mon coin à moi, mais les loyers ce n'est pas possible, je veux changer de vie, je ne veux plus de ce studio trop petit pour nous deux, je veux lui donner mieux, je veux lui donner plus que ça, je veux qu'elle soit heureuse quand elle rentre à la maison, je veux qu'elle soit apaisée, je souhaite ça, mais la vie ne veut pas, le boulot ne veut pas, rien ne veut.

Pour moi tous les mois, c'est la même chose, c'est comment vais-je finir le mois... Le découvert est mon ami, je n'ai pas le choix, je ne peux compter que sur moi-même.. Et bien sur ma compagne et ma belle mère, mais après c'est fini, plus personne est là, et parfois je suis triste.

J'ai l'impression d'être seule... Une famille paternelle inexistante, qui ne me parle plus, pour des raisons évidemment personnelles, mais c'est dur d'être dans une région où je n'ai aucune famille, c'est dur de ne pas avoir sa maman proche de soi quand on fait des changements énormes dans sa vie...

Bientôt je vais me faire opérer d'une sleeve et ça va être un grand changement dans ma vie, et elle ne sera pas là. C'est tellement un sujet sensible pour moi. Je vous rassure ma maman est toujours en vie, mais elle me manque, elle me manque tellement. Cet été, j'ai revue mon frère, que je n'avais pas vu depuis 2 ans, vous imaginez deux ans, c'est long.. Mais cette opération, je la redoute évidemment, je serai sans ma famille pour me soutenir, oui évidemment j'aurais ma compagne et une partie de sa famille mais ça ne remplace jamais sa maman...

Dans cet article, je mets toutes mes tripes, toutes mes douleurs actuelles, parce qu'un blog ce n'est pas que des articles tout beau tout propres, c'est aussi des articles où on a besoin de se vider...

Et aujourd'hui, j'en ai besoin, alors oui, pour un article de retour ce n'est pas le plus joyeux, mais, j'en ai besoin de dire que la vie est nulle parfois, j'ai l'impression de stagner dans ma vie, que rien n'avance. Je ne fais aucune étude, et je n'en ferais pas de grandes, je pense me cantonner à des boulots assez simples. Je n'ai pas la foi de recommencer des cursus scolaires, des études de plusieurs années. Je pense éventuellement à faire des formations mais quand, avec quels argents ?

Et le permis, parlons-en... Le permis, je ne l'ai pas, je n'ai pas de voiture, je n'ai rien. Je vais avoir 23 ans, et je n'ai toujours pas le permis, bonjour la pression de l'entourage aussi par rapport à ça, quand je dis entourage, je ne parle pas de famille obligatoirement, mais je parle des autres. Quand on voit autour de nous tout le monde avec le permis que même les petits frères et petites sœurs de nos amies l'ont et pas moi, ça fait chier, mais un permis faut le payer, ça coûte très cher et je n'ai pas les moyens de pouvoir me le payer et je ne me vois pas faire des crédits a répétition dans ma vie pour payer ce genre de choses quand même...

J'ai l'impression de ne pas avancer et petit à petit cette impression s’intensifiât... J'ai l'impression que chez les autres tout avance, qu'ils réussissent mieux que moi et c'est vrai.. J'essaye de me donner les moyens, mais rien n'est la...

Après j'ai de la chance d'être heureuse en amour, et ça gagne finalement sur tout quand même parce que quand on est deux, on arrive mieux à affronter les merdes qui nous arrivent...

Mais la pression de la société me fatigue sérieusement, c'est à cause d'elle toutes ses dépressions, ses suicides, ses émissions à la noix qui stigmatisent les gens. Je ne peux plus.

Sur ce, je vous rassure je vais bien, juste mon coup de gueule vers la vie en ce moment. Demain, je reprendrais le boulot et ça ira mieux même si la vie est nulle parfois.

Je vous fais des bisous et surtout ne vous inquiétez pas pour moi, je ne suis pas seule, j'ai une personne formidable à mes côtés.

7 commentaires:

  1. Courage Charlotte. Oui, aujourd'hui, pour toi, la vie est nul, mais je te promet qu'un demain meilleur t'attend <3

    RépondreSupprimer
  2. Coucou,
    Plein de courage à toi en cette phase pourrie! c'est vraiment des mots bateau mais je ne peux rien "offrir" de plus. Oui la vie est parfois moche, mais quand on est assez fort (ce que tu m'as tout à fait l'air d'être au vu de ce que j'ai lu dans tes articles) on se relève, et on recommence, jusqu'à parvenir à la vie à laquelle on aspire... Je peux comprendre ce que tu ressent par rapport à ton manque concernant ta maman, je me doute bien que nous n'avons pas vécu la même chose mais je suis moi-même "séparée" de ma maman pour pleins de raisons perso et je sais à quel point c'est dur de vivre sans elle des moments importants. Accroches toi à ta compagne, à sa famille, c'est ce que je fais aussi pour ma part. Plein de bonnes ondes et de courage, Sam.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement touchant ces petits mots qui m'ont fait du bien ;)♥

      Supprimer
  3. Comme je te comprends, j'ai des périodes comme ça de tristesse absolue, de besoin d'avancer. Garde la tête haute, dis toi que tu n'es pas seule, que la personne qui t'accompagne dans ta vie a besoin que tu sois forte ♥
    Allez courage, ça va bien finir par aller mieux :)
    Des bisous. Babette ♥

    RépondreSupprimer

Fourni par Blogger.